FABIEN VERSCHAERE (FRANCE)

Fabien Verschaere, La salle d'attente, 2001
Gouaches sur bois
350 X 150 cm

Né en 1975, le jeune artiste Fabien Verschaere a été invité à participer à plusieurs expositions de groupe à travers l'Europe, dont Academia per L'Europa au Castello di Rivoli, à Turin, et Traversées (conservateur Hans-Ulrich Obrist) au Musée d'art moderne de Paris.

Fabien Verschaere est représenté par la Galerie Michel Rein à Paris.

   Démarche artistique

Fabien Verschaere, Mickey Cible, 2002
Aquarelle sur papier
42 X 29,7 cm

« Fabien Verschaere est un jeune artiste français né en 1975, passionné par le dessin qu'il pratique quotidiennement depuis l'enfance.

Cet homme haut comme trois pommes a un destin particulier. Jusqu'à l'âge de 15 ans, il est contraint et forcé de passer ses journées dans un hôpital pour enfants malades où il développe un imaginaire cynique sur les contes de fées et acquiert un sens inné du dessin et de l'écriture.

Souvent naïfs, ses dessins rappellent les oeuvres d'art brut avec une touche du Douanier Rousseau et sont proches de l'imaginaire de Fabrice Hybert, artiste qu'il admire.

Il choisit Beaux Arts Magazine pour défier la mort avant qu'elle ne nous suce. Il dénonce le machiavélisme de l'enfance, lui-même sur le fil du rasoir, entre l'enfance et l'âge adulte, la vie, l'énergie, la douleur physique et des difficultés de motricité. Il est habité par des pensées poétiques comme en témoignent quelques textes écrits pour des expositions. »

(Laurence Hazout-Dreyfus)

   Projet pour la Biennale

Fabien Verschaere, Genetic diaspora, 2002
Bois, cactus, gouache et crayon feutre


Fabien Verschaere, Genetic diaspora, 2002
Bois, cactus, gouache et crayon feutre

« Fabien Verschaere reconstruit la peinture à partir de ses marges. Depuis l'origine de son oeuvre, il a toujours fréquenté des supports ou des pratiques qui sont 'interdites', ou du moins qui ne semblent pas convenir à un 'artiste sérieux' : l'aquarelle, figurative et hautement coloriste ; la photographie amateur témoignant de performances volontairement autodidactes ; ou des installations qui frappent par leur esprit délibérément sommaire, ironique et faussement épigonale. Mais en même temps, toutes ces oeuvres sont extrêmement sûres, sans la moindre hésitation. Elles dégagent une force surprenante et admirable.

Malgré la jeunesse de cette oeuvre, Fabien Verschaere sait parfaitement où il va. Il se met à la marge pour mieux viser au centre. Prenons comme exemple les aquarelles. Cette pratique est d'autant plus surprenante qu'elle ne concerne pas seulement un média particulièrement dévalorisé dans l'évolution récente de l'art, mais qu'elle contourne également le consensus pictural des dernières décennies. Ni abstraites, ni narratives ou littéraires, ces aquarelles figuratives rassemblent des motifs banals et énigmatiques. Saturées de couleurs étranges et particulièrement vives, ces peintures à l'eau sur papier sont caractérisées par une sorte de 'non-espace', avec des figures plates qui flottent sur la surface du papier comme des autocollants sur un mur. Pourtant, ces aquarelles ont une présence étrange et manifeste à l'opposé de la fragilité du support. Cette présence est due en premier lieu, à un travail inédit sur la couleur qui caractérise l'oeuvre de Fabien Verschaere. Il s'agit de couleurs sursaturées par l'intensité du pigment d'une part, et par de la lumière du papier d'autre part. Toutefois, les couleurs n'ont aucun aspect naturel ou vraisemblable. Plus l'intensité de la lumière augmente, plus elles deviennent artificielles. De ces paradoxes naissent la poésie énigmatique et l'identité affirmée que ces aquarelles développent dans l'espace.

Mais la forte présence de ces peintures à l'eau a encore une autre raison qui nous amènera plus encore au coeur du travail de Fabien Verschaere. Les motifs des aquarelles, et tout le dispositif mis en oeuvre pour leur assurer une présence dans l'espace, témoignent d'un art de l'obsession, sursaturé de fortes pulsions et de ce que Deleuze et Guattari ont appelé le désir. On peut penser à Christian Boltanski pour le paradigme obsessionnel de ce travail. Pourtant, Fabien Vershaere ne se tourne nullement vers la mémoire pour affirmer ces obsessions. Il crée des 'signes privés,- au sens du concept de 'langage privé' (Privatsprache) chez Wittgenstein-, assurant ainsi que l'obsession passe dans les formes au lieu de nécessiter un art du contenu, littéraire ou narratif. Cette faculté de passer le désir dans les formes donne à cette oeuvre son potentiel. Fabien Verschaere est certainement l'un des principaux talents dans la jeune génération artistique en France. L'énergie débordante, bien que contrôlée de cette oeuvre, laisse présager un avenir multiple et ouvert. »

(Robert Fleck)

LISTE DES ARTISTES


ARTS VISUELS

  David Blatherwick

  Cai Guo-Qiang

  Casagrande
     & Rintala


  Colette

  Marcel Dzama

  Graham Gillmore

  Betty Goodwin

  Angela Grauerholz

  Daniel Guzman

  Mathew Hale

  Anton Henning

  Cisco Jiménez

  Koganezawa
     Takehito


  Lux Lindner

  Corinne Marchetti

  Jorge Luis Marrero

  François Morelli

  Claudia & Julia Müller

  Alain Paiement

  Bruno Peinado

  Ed Pien

  Jean-François Prost

  John Scott

  Kiki Smith

  Siphay Southidara

  Barthélémy Toguo

  Torolab (Raúl &
     Marcela Cárdenas)


  Pablo Vargas-Lugo

  Vedovamazzei
  (S. Scala & S. Crispino)


  Jean-Luc Verna

  Fabien Verschaere



INTERVENTION
LUMINEUSE

  Michel Iorio



PERFORMANCE

  Cees Krijnen



 

 

L A   B I E N N A L E   D E   M O N T R É A L   2 0 0 2
Tél. : (514) 288-0811
Téléc. : (514) 288-5021
courrier@ciac.ca
ciac@ciac.ca